Carrières

Métiers / Responsable Technique des régies de diffusion et support Broadcast

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Fabrice, j’ai 43 ans, je suis Responsable Support Broadcast au sein du Groupe M6.


Quel a été ton parcours étudiant et professionnel avant d’intégrer le Groupe M6 ?

Depuis tout jeune, je voulais travailler dans les médias, j’étais assez curieux de savoir comment ça se passait derrière la caméra ! Après avoir passé un Bac D, je me suis dirigé vers une formation technique et plus particulièrement un BTS électronique. Une fois mon diplôme en poche, j’ai intégré la société DirectLines spécialisée dans les directs des journaux télévisés de France Télévisions, de LCI et de CNN. J’étais responsable d’un car de production (SNG) et me suis fait pendant deux années une bonne expérience du monde de la télévision. Ensuite, j’ai intégré la société Quantel spécialisée dans le monde de la Post-production numérique.


Comment as-tu intégré le Groupe M6 ?

A l’époque, M6 disposait de machines de post-production de la société Quantel. C’est ainsi que j’ai découvert le groupe, en assurant la maintenance de ces machines. Un poste se libérait au service de la maintenance, j’y ai tout de suite postulé. En Octobre 1998 j’intégrais donc le groupe pour un métier de support technique des équipements broadcast puis rapidement j’ai évolué vers un poste de « chef de projet » au sein de la direction Technique.


Comment s’était déroulée ton embauche ?

J’ai tout d’abord suivi un entretien avec le Directeur Technique de l’époque puis j’ai ensuite vu le responsable de la maintenance M6. Comme je correspondais au profil recherché, j’ai rencontré le DRH avec lequel j’ai passé un entretien d’environ une heure. Cet entretien s’est très bien déroulé et j’ai été recruté dans les deux jours qui ont suivi !


Quel est le rôle de la Direction Technique ?

Au sein de la Direction Technique, il y a plusieurs pôles. Tout d’abord, le Support Technique qui gère les installations, qui assure un suivi quotidien, et qui corrige les problèmes rencontrés. Il y a ensuite le Service Technique aux Outils de Diffusion (STOD) spécialisé dans les workflows de diffusion et tout particulièrement en charge de la régie de diffusion des chaînes du groupe. Il y a également le Support Technique Post-Production en charge du support des installations liées aux montages numériques et à la rédaction nationale, et enfin un Service de support Technique lié aux installations des studios de production (appelés également les « chefs d’équipement »). Il existe également une branche « ingénierie » dont le rôle est d’imaginer, de concevoir, et de déployer les solutions techniques.

Que fais-tu au quotidien en tant que Responsable Support Broadcast ?
J’ai une « double casquette » et donc deux missions principales, la première une mission de support technique, la deuxième une mission de chef de projets techniques. J’ai la responsabilité de l’équipe du support (STOD = Service Technique aux Outils de Diffusion) qui a la lourde tâche de gérer au quotidien les problématiques rencontrées en régie de diffusion et sur l’ensemble des workflow de diffusion (laboratoire numérique, contrôle qualité…). J’assure également le suivi des projets liés à la régie finale et aux différents Workflows de diffusion.


Avec quelles autres entités au sein du Groupe es-tu régulièrement en contact ?

Mon périmètre étant assez large, j’ai la chance de pouvoir travailler avec de nombreux services du groupe : Web, services généraux, antenne, logistique, contrôle qualité », laboratoire numérique, etc…


Quelles sont les 3 qualités principales pour exercer ton métier ?

De la rigueur car le moindre problème lors des interventions, la moindre faille de conception, peut avoir des répercussions catastrophiques… Ensuite de la passion pour l’environnement TV et broadcast.. et enfin de la patience, car lorsqu’on pratique un métier de support, on est toujours confronté à des problèmes techniques ou des mécontentements de différents services.

Comment as-tu évolué depuis ton arrivée jusqu’à ton poste actuel ?
J’ai eu la chance d’évoluer régulièrement depuis mon entrée au sein du Groupe M6. Après plusieurs années à la maintenance, j’ai été l’un des premiers à accéder au service de l’ingénierie de la direction technique. J’ai en autre eu la chance et l’honneur d’être le responsable projets de la nouvelle régie de diffusion. Ce projet m’a permis de faire un énorme pas en avant puisqu’après le lancement de cette régie, on m’a confié « les reines » de son support technique à travers le management d’une équipe de 6 personnes.


Quel événement t’a particulièrement marqué depuis ton arrivée au sein du Groupe M6 ?

C’était en décembre 2008, lors de la mise « On Air » de la chaine M6 au sein de la nouvelle régie de diffusion. J’étais vraiment fier du travail réalisé et c’était l’aboutissement d’un projet de plus d’un an.


Pourquoi avoir rejoint le Groupe M6 ?

En tant que technicien support au sein de la société Quantel, je venais régulièrement chez M6 pour assurer la maintenance de leurs outils de post-production. En y venant régulièrement, j’en suis vraiment « tombé amoureux », j’avais envie d’y travailler car je trouvais le groupe dynamique, jeune, innovant et je voulais participer à son évolution.


Qu’est-ce que le Groupe M6 incarne pour toi ?

Le Groupe M6 incarne l’innovation et la prise de risques (l’un n’allant pas sans l’autre), et on voit que cela marche ! M6 est également synonyme de famille, cela fait 18 ans que j’y suis et que j’y suis bien !


Qu’est-ce qui te motive encore au quotidien après 19 ans d’ancienneté ?

Après 19 ans d’ancienneté au sein du même Groupe, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Tous les jours de nouveaux défis techniques à relever, de nouveaux problèmes techniques à analyser et c’est vraiment ce qui m’anime au quotidien !


Comment te tiens au courant des nouveautés de ton métier ?

Pour commencer à travers les salons technologiques, il y en a deux, le premier le NAB qui se déroule à Las Vegas et le deuxième, l’IBC qui se déroule à Amsterdam. Je m’informe également à travers internet, les réseaux sociaux, et la presse spécialisée… Nous sommes également en contact régulier avec des fournisseurs qui nous tiennent au courant de leurs avancées technologiques et des nouvelles tendances.

Comment te vois-tu évoluer dans les 10 prochaines années ?
Je me vois rester encore quelques années dans la technique pour continuer à progresser et à apprendre, mais dans un futur plus lointain, pourquoi pas évoluer vers un métier plus éditorial lié à l’antenne.


As-tu une anecdote au sein du Groupe M6 ?

A l’époque, j’étais responsable projet de la réalisation de la météo incarnée sur M6. Pour pouvoir tester tous les outils techniques, j’avais monté une régie de test. Dans le cadre de ce projet, j’ai donc participé aux castings de la météo dans lequel une nouvelle animatrice tentait sa chance. Cette « nouvelle miss météo » avait tellement performé, que 3 mois plus tard, elle présentait la « Nouvelle Star » sur M6 … il s’agissait de Virginie Efira !

Quels conseils donnerais-tu à un(e) étudiant(e) qui souhaite travailler dans les médias ?
Pour travailler dans le domaine de la technique, je vous conseille de vous orienter vers un BTS audiovisuel qui vous donnera les bases d’exploitation des outils techniques et une meilleure compréhension des architectures mises en place au sein des chaînes. Vous pourrez ensuite tenter votre chance en tant que pigiste « technicien de diffusion » en régie finale pour bien appréhender son fonctionnement et ses différents workflows. Une fois cette expérience acquise, pourquoi pas se lancer dans le monde de l’ingénierie.


Comment bien réussir son entretien au sein du Groupe M6 ?

Tout d’abord, une bonne préparation est primordiale. Il faut bien connaitre le sujet M6, ses filiales, ses programmes, son histoire. Ensuite, une bonne présentation, ce n’est pas parce que l’on travaille dans un métier de médias que l’on doit se présenter en jean / T-Shirt et baskets, une veste et une chemise seront les bienvenus. Pour conclure, soyez audacieux en étant force de proposition pendant l’entretien et en proposant quelque chose qui fera réagir votre interlocuteur.


Qu’est-ce qui te ferai basculer sur une candidature plutôt qu’une autre ?

Difficile à dire car c’est assez subjectif, mais si je ressens que la personne est passionnée par le métier, par les médias, qu’elle/il a envie d’en apprendre plus, d’évoluer…, cela sera forcément un atout majeur pour la/le candidat(e) !