DÉCOUVRIR LA FONDATION INTERVIEW CROISÉE DU PRÉSIDENT ET DE LA DÉLÉGUÉE GÉNÉRALE

Natalie Renoux (NR) : En quoi est-ce important pour le Groupe M6 de s’engager pour une cause d’intérêt général ?

Eric d’Hotelans (EdH) : J’ai pris mes fonctions de Président de la Fondation en juillet 2016, mais j’en étais l’un des administrateurs depuis sa création et je dois dire que j’ai toujours considéré qu’il était du devoir d’un groupe médiatique puissant et présent dans l’espace public de s’engager dans une vraie démarche citoyenne et responsable, autour d’une grande cause sociétale.

« On sent que même une fois sorti de prison, le retour à la vie sociale est un très très long parcours. » Eric d’Hotelans

NR : Vous avez accompagné à plusieurs reprises les actions de la Fondation dans les prisons. Quel est votre regard sur ce que vous y avez vu ?

EdH : Je n’étais jamais rentré en prison avant de participer aux actions de la Fondation. J’ai été très impressionné lors de ma 1ère visite, par ce sentiment d’exclusion, cette détresse humaine. J’ai été confronté à des personnes très marquées, avec des parcours de vie chaotiques. Les chiffres sont impressionnants : dans les 5 ans qui suivent la sortie de prison, 61% des personnes incarcérées récidivent. Ce taux élevé est la preuve que le modèle actuel de la prison ne permet pas de réinsérer. Il est urgent de s’en préoccuper ! C’est un problème de société majeur, d’où le travail essentiel de la Fondation avec ses partenaires, dans le domaine de la réinsertion.

NR : Isabelle, quelles actions la Fondation doit mener en priorité selon vous ?

Isabelle Verrecchia (IV) : Comme le démontrait Eric, l’objectif prioritaire de la Fondation doit être de permettre la réhabilitation des personnes détenues afin de lutter contre la récidive en préparant mieux la sortie. Il faut aussi sensibiliser et faire comprendre qu’une prison qui ne réinsère pas est préjudiciable à la société dans son ensemble. Toute personne qui entre en prison finit par en sortir. Il est important pour elle, comme pour tous les concitoyens, qu’elle ait la volonté et l’accompagnement nécessaire pour vivre à nouveau au cœur de la société qui l’entoure dans le respect des règles établies. C’est pourquoi, nous avons décidé de concentrer nos interventions autour de 3 axes : le travail sous toutes ses formes (emploi, formation professionnelle, création d’entreprise…); la lutte contre l’illettrisme et l’accès à l’éducation ; la culture comme vecteur de resocialisation

« Il est vrai que la finalité de la prison fait débat. Mais il faut aller au-delà des éventuels clivages en changeant les regards sur la prison et les personnes détenues. » Isabelle Verrecchia

NR : Un moment fort lors de l’une de vos rencontres ?

EdH : Nous sommes allés passer une journée à la Ferme de Moyembrie, qui accueille des personnes détenues en aménagement de peine et les forme aux métiers du maraîchage, tout en les amenant à construire progressivement un « après ». J’ai clairement vu dans le regard de ces hommes, la fierté d’une utilité et d’une confiance retrouvée. Mais j’ai également pu mesurer à l’occasion du déjeuner avec l’ensemble des équipes, à quel point il pouvait être difficile de renouer avec les gestes du quotidien : échanger avec son voisin de table alors que l’on a été habitué pendant des années à déjeuner seul en cellule. On sent que même une fois sorti de prison, le retour à la vie sociale est un très très long parcours.

NR : Quels défis la Fondation entend-elle relever dans les années à venir ?

EdH : Pour moi, le défi est de démultiplier nos actions et d’avoir un effet d’entrainement y compris auprès d’autres entreprises. On peut construire de plus en plus de prisons, mais si l’on n’aide pas ces personnes à se réinsérer, la situation deviendra dramatique.

IV: Il est vrai que la finalité de la prison fait débat : punir, réinsérer… Ce sujet questionne chacun d’entre nous sur sa capacité à accorder une seconde chance. Mais il faut aller au-delà des éventuels clivages en participant au débat public et en changeant les regards sur la prison et les personnes détenues. Il faut faire bouger les lignes sur ce sujet.

Les Membres

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

Le conseil d’administration est composé de représentants du collège des fondateurs du Groupe M6 ainsi que de personnalités qualifiées extérieures à l’entreprise.

Eric d’Hotelans Président non exécutif de HSS
Président de la Fondation M6

Collège des personnes qualifiées

L’ÉQUIPE

Les Missions
LES OBJECTIFS DE LA FONDATION

La Fondation M6 a pour objectif principal la réhabilitation des personnes détenues. Nos actions visent à permettre aux personnes ayant connu un épisode carcéral de devenir partie prenante de leur réinsertion.
Au fil des années d'intervention, la Fondation M6 a pu mettre en avant les différents besoins et développer des projets adaptés.
Nous avons choisi de donner la prééminence à 3 grands thèmes :
- l'accompagnement au retour vers l'emploi
- la lutte contre l'illettrisme et l'accès à l'éducation
- la culture comme vecteur de resocialisation

QUELQUES CHIFFRES CLÉS

3,5

3,5 millions d'€ en 7 ans pour un peu plus de 18 000 personnes détenues et leur familles qui ont bénéficié de nos actions

35

35 projets soutenus en 2016 auprès d'une trentaine d'associations

400

Près de 400 collaborateurs mobilisés en 2016

Actualités

SOUMETTRE UN DOSSIER

CRITÈRES D'ÉLIGIBILITÉ

DU PORTEUR DE PROJET

Structure de type association, ONG, organisme d'intérêt général à but non lucratif et/ou reconnu d'utilité publique

Avoir son siège social en France

Avoir au minimurn 2 ans d'existence (à compter de la date de publication au JO)

Bénéficier de ressources financières diversifiées et pouvoir foumir les preuves d'un contrôle efficace des comptes

DU PROJET

Être destiné à l'univers carcéral et/ou aux personnes placées sous-main de justice ou étant récemment sorties de prison (- de 6 mois)

Être mis en œuvre sur le territoire français

Inclure un volet Insertion dans le cadre général du projet

LA FONDATION NE SOUTIENT PAS...

La production d'œuvres audiovisuelles sur la thématique de la prison ou des personnes détenues

La création ou le soutien de nouveaux canaux vidéo internes aux établissements pénitenfiaires

Les projets sans réalisation concrète (observatoire, étude...)

Plus de 3 années consécutives un même projet

Plus d'un projet par association et par an

Les projets répondant aux critères d'éligibilité définis ci-dessus seront évalués au cas par cas, périodiquement par une instance collégiale, mais la Fondation, dans sa phase de présélection, portera un intérêt particulier aux critères qualitatifs suivants :

LA PERTINENCE

Tout en tenant compte du contexte particulier lié à l'univers carcéral, le projet devra être porteur d'une véritable réflexion quant au bénéfice de l'action pour la personne détenue (y compris et surtout au-delà des murs). Les projets devront faire preuve d'une réelle valeur ajoutée.

UN DÉVELOPPEMENT DURABLE

La recherche de bénéfices pérennes et significatifs pour les personnes ayant bénéficié de l'action

L'OPPORTUNITÉ D'INDICATEURS DE SUIVI ET D'ÉVALUATION

Au-delà de la qualité intrinsèque du projet, ce dernier devra faire l'objet de suivis réguliers et d'une évaluation permettant de mettre en exergue des indicateurs précis.

La Fondation soutient des projets concrets dont les résultats peuvent être mesurés et évalués.

VOTRE PROJET RÉPOND À CES CRITÈRES ?

Remplir le formulaire