Finance

Gouvernance / Directoire

Membres du directoire

Membres du Directoire Âge  Fonction principale exercée dans l’entreprise Date de première nomination Année échéance du mandat Biographie
Nicolas de Tavernost 68 ans  

Président du Directoire 

 

26/05/2000 2020 Télécharger
Thomas Valentin 64 ans Vice-Président du Directoire, en charge des Antennes et des Contenus 26/05/2000 2020 Télécharger
Jérôme Lefébure 56 ans Membre du Directoire en charge de la Finance et des métiers de Support 25/03/2010 2020 Télécharger
David Larramendy 44 ans Membre du Directoire, Directeur Général de M6 Publicité et Directeur Général de M6 Interactions 17/02/2015 2020 Télécharger

Le Directoire est nommé pour une durée de trois ans, il est composé de quatre membres, personnes physiques, désignés par le Conseil de Surveillance, rémunérés par le Groupe Métropole Télévision et d’âge inférieur à 72 ans.

Le Directoire est investi des pouvoirs les plus étendus à l’égard des tiers pour agir en toutes circonstances au nom de la Société, conformément aux dispositions de l’article 18 des Statuts.

Sont soumises à l’autorisation préalable du Conseil de Surveillance les décisions suivantes du Directoire (article 24.3 des Statuts) :
● les opérations significatives susceptibles d’affecter la stratégie de la société et de son groupe et de modifier leur structure financière et leur périmètre d’activité ;
● les investissements et les engagements (y compris les prises de participations) dont le montant d’investissement est supérieur à 20 millions d’euros, dans la mesure où ces investissements n’ont pas été inscrits au budget ;
● les désinvestissements (y compris les cessions de participations) et/ou les dilutions d’un montant global ou d’un impact sur le bilan supérieur à 20 millions d’euros, dans la mesure où ces désinvestissements n’ont pas été inscrits au budget ;
● les émissions de valeurs mobilières qu’elle qu’en soit la nature, susceptibles d’entraîner une modification du capital social.

Le Directoire se réunit aussi souvent que l’intérêt de la Société l’exige. En 2018, le Directoire s’est réuni 39 fois et chacune de ces réunions a fait l’objet d’un compte rendu écrit. Le Directoire prépare chacun des dossiers pour les réunions du Conseil de Surveillance en veillant à présenter en détails la situation de chacune des activités du Groupe au cours du trimestre précédent. À cet effet, le Directoire veille à la pertinence des indicateurs de gestion opérationnelle présentés au Conseil de Surveillance afin de refléter les évolutions des différentes activités ou métiers.

Le Directoire étudie et décide collégialement des différents projets d’investissement qui lui sont présentés par les équipes opérationnelles.
Le Directoire arrête également les comptes semestriels et annuels, ainsi que les documents de gestion prévisionnels et les termes du rapport de gestion du Groupe, qui sont alors présentés au Conseil de Surveillance pour examen. Enfin, le Directoire décide de la communication financière du Groupe.

Par ailleurs, le Directoire anime le pilotage des cadres dirigeants du Groupe en réunissant régulièrement :
– le Comité exécutif, qui est composé des principaux dirigeants opérationnels ou fonctionnels et qui a la charge de mettre en œuvre les grandes décisions opérationnelles et stratégiques du Directoire ;
– le Comité de direction, qui est composé des principaux cadres responsables des activités et des services fonctionnels, et qui permet d’informer le groupe sur la conduite des affaires.

PRINCIPES ET RÈGLES DE DÉTERMINATION DES RÉMUNÉRATIONS ET AVANTAGES DES MEMBRES DU DIRECTOIRE

 

En application de l’article L. 225-37-3 du Code de commerce, le détail de la rémunération totale et des avantages de toute nature versés durant l’exercice aux Membres du Directoire, est présenté dans le chapitre 2.3 du Document de référence du Groupe, étant précisé que ce chapitre a été préparé avec le concours du Comité des Rémunérations.

 

Le Conseil arrête chaque année, sur proposition du Comité des Rémunérations, la rémunération des membres du Directoire, en se référant aux Recommandations du Code AFEP-MEDEF de gouvernement d’entreprise des sociétés cotées.

L’ensemble des membres du Directoire cumule un contrat de travail avec un mandat social, étant précisé que le contrat de travail de Nicolas de TAVERNOST est suspendu depuis le 6 décembre 1990 jusqu’à la date d’échéance de son mandat de Président du Directoire. Cette suspension a été confirmée par le Conseil de Surveillance à chaque renouvellement du mandat collégial, y compris en février 2017.

Cette suspension est motivée par le fait que la création de la chaîne M6 en 1987 n’a été possible que par la conjonction de la volonté de ses actionnaires historiques et l’énergie déployée par les premiers collaborateurs salariés, dont Nicolas de TAVERNOST. Lors de sa nomination comme mandataire social en 1990, les actionnaires ont souhaité maintenir ce contrat de travail initial (suspendu) car l’avenir de la chaîne n’était alors pas assuré. Le développement ultérieur du Groupe, fruit du travail réalisé par ses dirigeants, et l’évolution de sa gouvernance n’ont jamais effacé cette relation particulière entre le Groupe et l’un de ses fondateurs, justifiant le maintien de cette suspension du contrat de travail.

La politique de rémunération du Directoire se caractérise par trois outils de rémunération différents, ayant chacun un objectif identifié:

  • En premier lieu la part fixe de chacun des membres qui reflète la rémunération de marché pour des fonctions équivalentes.
    Au cours des trois dernières années, seule la part fixe du plus jeune membre du Directoire a été modifiée.
  • En second lieu la part variable, qui est également fixée pour chacun des membres en fonction de ses responsabilités opérationnelles.
    Elle est conditionnée à la réalisation de performances opérationnelles annuelles, et son paiement est intégralement différé sur l’exercice suivant.
    Ainsi, le caractère variable permet d’inciter à la surperformance. Au cours des trois dernières années la part variable a oscillé entre 79% et son maximum, étant précisé que le maximum n’a été atteint qu’une seule fois.
  • En troisième lieu, les actions gratuites, qui sont depuis 2017 soumises exclusivement à une condition de performance triennale et une présence tout au long de cette même période.
    Cet élément de rémunération vise non seulement à la surperformance opérationnelle mais également à la fidélité de l’engagement de l’équipe. Il s’avère également que le Directoire est pleinement exposé à l’évolution du cours de l’action, sans que ce dernier ne soit un critère de performance.

Ainsi le cumul de ces trois outils de rémunération permet d’aligner les compétences déployées par le Directoire avec les intérêts de l’entreprise et de ses actionnaires.