Carrières

Métiers / Directrice Juridique Adjointe

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Sophie, j’ai 42 ans et je suis Directrice Juridique Adjointe du Groupe M6 en charge du contentieux et du pré-contentieux.


Quel a été ton parcours étudiant et professionnel avant d’intégrer le Groupe M6 ?

J’ai fait un Bac +5 en droit des assurances et responsabilité civile en alternance à Paris 12. Grâce à l’alternance, j’ai associé une année d’expérience professionnelle en même temps que ma 5ème année d’études et ça m’a permis de travailler pendant un an au sein d ‘une compagnie d’assurance (Macif). A l’issue de ce Bac +5, j’ai passé une année en Prépa pour entrer à l’école d’avocat, année au cours de laquelle, j’ai travaillé pendant 6 mois dans une autre compagnie d’assurance (MAIF) , et j’ai également fait un stage pendant 6 mois dans un cabinet d’avocats. C’est au cours de ce stage que j’ai découvert le droit de la presse et le droit d’auteur que je n’avais pas abordé dans le cadre de mes études, c’est à ce moment-là que je me suis dit que c’était le domaine dans lequel je voulais travailler ! Après avoir obtenu mon diplôme d’avocat, j’ai fait mon pré-stage chez Maitre Martine Coisne qui était avocate pour France 2 et spécialisée en droit de la presse pour pouvoir poursuivre mon expérience dans ce domaine. J’ai donc travaillé avec elle pendant plusieurs mois sur des dossiers en droit de la presse, ce qui a été particulièrement formateur.


Comment as-tu intégré le Groupe M6 ?

A l’issue de ce stage, j’ai répondu tout simplement à une annonce de M6 qui cherchait un juriste. A l’époque, je ne correspondais pas exactement au profil, mais j’ai quand même tenté ma chance ! J’ai été rappelée puis reçue par le Directeur Juridique de l’époque (Sylvie Courbarien), mais qui m’a embauché pour un autre poste que celui pour lequel j’avais postulé, donc j’ai bien fait de tenter ma chance ! C’était un tout petit CDD de 3 mois et c’était en remplacement d’un juriste de la Direction Juridique qui partait en mission chez M6 Web. A l’issue de ce premier CDD, il y a eu une opportunité, cela a été un 2ème CDD toujours au sein du Groupe M6, mais cette fois-ci chez M6 Web où j’ai travaillé 3 mois. Puis encore une nouvelle opportunité où l’on m’a proposé un nouveau CDD avec un retour au sein de la Direction Juridique de M6 où j’ai travaillé sur le porte-feuille de marques du Groupe M6, donc j’ai pu découvrir le droit des marques. Ensuite encore une nouvelle opportunité, j’ai une nouvelle proposition de CDD de 6 mois, en remplacement d’un congé maternité, où j’ai travaillé sur des problématiques de pré-contentieux, le visionnage, le contentieux… A l’issue de ce CDD, j’ai été embauchée en CDI pour travailler aux côtés de Nathalie Camille-Martin, le Directeur Juridique du Groupe M6.


Comment s’était déroulée ton intégration au sein du Groupe M6 ?

J’en garde un très bon souvenir ! J’ai eu la chance de travailler avec des gens formidables avec qui j’ai la chance de continuer à travailler en partie aujourd’hui.

Quel est le rôle de la Direction Juridique au sein du Groupe M6 ?
La Direction Juridique du Groupe M6 est organisée en 3 pôles. Le pôle Contrats qui gère toute la partie contractuelle et les très nombreux contrats que le Groupe M6 doit signer pour exercer son activité d’éditeur de chaines de télévision, mais également d’autres types de contrats, comme les contrats de production… Il existe également un autre pôle, « Concurrence et Distribution » et pour finir le pôle « Pré-contentieux, Contentieux et Marques » dont je suis en charge. Il y a également des juristes qui travaillent dans les services juridiques des filiales de M6 dans leur domaine d’activité.


En quoi consiste ton quotidien au sein du pôle “Pré-contentieux, contentieux et marques” ?

Au sein de ce pôle, je distingue 3 activités.
Tout d’abord, l’activité « marques », qui centralise toutes les recherches de marques de tout le Groupe M6 (que ce soit pour les chaînes de TV ou les filiales comme M6 Web / SND / Ventadis). Dès qu’il y a un besoin de Marques, toutes ces demandes convergent vers mon pôle.
Nous avons ensuite une deuxième activité de conseils, à savoir que les équipes opérationnelles viennent nous voir souvent en amont pour nous demander des conseils juridiques sur la faisabilité de leurs projets. Cela peut par exemple consister à visionner en amont des programmes pour vérifier que l’on n’aura ai pas de problèmes particuliers en terme de diffamation, d’injures, de discriminations, de vie privée, de droit à l’image…. Un autre exemple de conseil, lorsqu’il y a un projet d’émission où il va falloir réfléchir à des thématiques comme celle des ventes aux enchères, quelle est la réglementation autour de cette thématique… on peut aussi avoir besoin de conseils sur le mariage car on va avoir des émissions qui peuvent concerner le mariage, du coup il faut se pencher sur toute la législation applicable au mariage. Cela peut également être d’autres conseils divers et variés, par exemple comment sortir d’une relation contractuelle avec un partenaire commercial…
Toute cette activité de conseil est extrêmement importante pour éviter d’arriver à des pré-contentieux ou des contentieux, qui constituent la 3ème partie de l’activité. A ce moment-là, les réclamations arrivent, soient adressées par des particuliers, dans ce cas nous recevons un courrier de réclamation, ce que l’on appelle un pré-contentieux, soient adressés directement par un avocat qui défend les intérêts de son client ou cela peut être des sociétés qui nous adressent ces réclamations. Notre activité va être d’analyser la réclamation, de récupérer toutes les informations et données en interne auprès des interlocuteurs concernés, d’apporter une stratégie en matière de réponse et ensuite rédiger la réponse. Il existe également des dossiers qui sont directement des contentieux, c’est-à-dire des sociétés du Groupe M6 qui sont assignées en justice devant les tribunaux.


Avec quelles entités du Groupe es-tu régulièrement en contact ?

Nous travaillons avec quasiment toutes les filiales du Groupe et un très grand nombre d’interlocuteurs du Groupe (Studio 89, C Productions, M6 Web, SND, M6 Créations, DAF, RH, Rédactions Nationale…) car nous centralisons tous les pré-contentieux et contentieux. C’est une vraie chance car ceci nous amène à avoir une connaissance élargie des activités du Groupe M6.

Quel souvenir t’a particulièrement marqué au sein du Groupe M6 ?
C’était à une époque où M6 avait déjà diffusé plusieurs émissions du type « QI le Grand Test » et s’apprêtait à diffuser une nouvelle émission qui s’appelait « Permis de conduire le Grand Test ». Lorsque M6 a programmé cette émission est apparue en frontale une émission de France Télévision qui s’appelait « Code de la route, le grand examen ». La situation était inédite, puisque deux chaînes hertziennes avaient le même jour à la même heure un programme identique avec des titres quasi-identiques. M6 a donc décidé de déprogrammer pour avancer son émission un jour avant France Télévision pour avoir la primeur. Cela a entraîné des réactions en chaîne, puisque France Télévisions a également déprogrammé son émission pour la placer devant M6, résultat M6 a à nouveau déprogrammer son émission avant France Télévisions… Donc tous les jours, il y avait des déprogrammations, c’était très inédit, jusqu’à que ce le CSA nous demande de trouver une solution. Cette situation ubuesque s’est terminée par un tirage au sort dans un chapeau et c’est France Télévisions qui l’a remporté et qui a pu diffuser son émission en premier !


Pourquoi avoir rejoint le Groupe M6 ?

Travailler au sein du Groupe M6 était pour moi à la possibilité de travailler sur des thématiques juridiques qui correspondaient à mes attentes professionnelles, à savoir le droit de la presse et le droit d’auteur.

Qu’incarne le Groupe M6 pour toi ?
L’énergie et l’innovation.


Qu’apprécies-tu particulièrement au sein du Groupe M6 ?

La chance qui est donnée aux jeunes ! Le Groupe M6 donne la possibilité aux jeunes de faire leurs preuves, ce a été mon cas, en leur confiant des dossiers importants. Par ailleurs au quotidien, je trouve agréable le côté transverse des activités chez M6 parce que cela crée des thématiques juridiques très enrichissantes.


Qu’est-ce qui te motive encore au quotidien après autant d’années d’expérience au sein du Groupe M6 ?

Tous les nouveaux projets imaginés et lancés par les équipes car ils amènent de nouvelles problématiques juridiques. Je travaille donc à l’heure d’aujourd’hui sur des questions sur lesquelles je ne travaillais pas il y a dix ans, il n’y a donc aucun effet de lassitude ! Par ailleurs, l’information est vivante et c’est donc très difficile de se lasser de ce type de dossiers qui ont tous leur particularité.

Comment te tiens-tu au courant des évolutions de ton métier ?
C’est très important de se tenir au courant des évolutions qui interviennent dans nos métiers. Je lis des revues auxquelles nous sommes abonnés, cela nous permet d’être au courant des décisions de justice récentes dans tous les domaines qui me concernent, également d’être au courant des évolutions et changements législatifs. Je participe également, tout au long de l’anné, à des conférences qui sont proposées par des cabinets d’avocats sur des thématiques qui permettent d’approfondir des points juridiques.


As-tu une anecdote à nous raconter ?

J’ai une anecdote qui remonte à l’époque de « Loft Story », qui à l’époque avait beaucoup révolutionné la TV, et il se passait beaucoup de choses. Une association « ZaleaTV » avait lancé un message « A l’assaut du Loft ». Ils avaient donc proposé aux gens de venir sur le plateau de tournage et de pénétrer dans le Loft. Nous avions donc rédigé un courrier en concertation avec le producteur de l’émission (ASP), courrier signé de mon nom en mettant « Direction juridique M6 ». A l’issue de ce courrier, je reçois un appel de Jacques Expert (ex Directeur de des Magazines de M6 puis Directeur des programmes de Paris Première) qui me dit « Ecoutez Sophie vous avez un article sur vous dans le Monde ! ». J’étais très surprise, et je me suis rendue compte en allant consulter « Le Monde », qu’un journaliste avait fait une tribune qui s’intitulait « Tous à la Bastille », et qui d’un ton assez ironique, contestait le courrier adressé à l’association « ZaleaTV » et me citait en disant « Sophie De Bourgues, ça ne s’invente pas… ». Résultat, j’ai donc eu une tribune au sein du Monde, ce qui était assez drôle ! En plus, le journaliste s’était trompé car il avait indiqué que j’étais présidente d’ASP Productions, le producteur de l’émission, et bien évidemment ce n’était pas du tout le cas !

Quels conseils donnerais-tu à des étudiant(e)s qui souhaitent travailler dans les médias ?
Travailler dans les médias, c’est un peu large comme approche… Quel type de médias souhaitez-vous travailler (TV ? radio ? presse écrite ? web ?). Il faut donc tout d’abord affiner vos envies en regard de vos compétences. A partir du moment où vous avez une envie précise de métier, il faut se renseigner sur leurs entreprises, leurs activités, ce qu’elles font et arriver avec une certaine connaissance de l’environnement dans lequel vous souhaitez travailler !


Comment bien réussir mon entretien au sein du Groupe M6 ?

Tout d’abord de bien regarder son interlocuteur pendant l’entretien car cela fait partie, pour moi, des éléments importants d’avoir un regard visuel avec la personne avec laquelle j’échange. Un autre élément important, j’ai besoin de ressentir chez le candidat une véritable envie de travailler dans mon secteur, dans mon domaine, avec les thématiques sur lesquelles je travaille que ce soit quelque chose qui lui tienne à cœur. Dernier point, pendant l’entretien, évitez des questions pour lesquelles vous auriez pu avoir les réponses si vous vous étiez renseigné(e) sur le Groupe M6 ?